• Un peu de lecture


    il manque ici
    toute la premiere partie de l'histoire. Pour résumer, Darfeld pilotait
    un spiegel gundam et se battait honorablement mais suite a un accident,
    la colony qu'il defendait fut detruite. Le récit raconte alors
    l'errance du pilote et du professeur Kuroi (qui s'occupait de
    l'entretien et des amelioration de la machine) a travers le monde en
    guerre sur lesquelle s'affronte des citées aussi nombreuses que
    différantes l'une de l'autre. J'ai commencé a taper mes texte sur word
    juste a la fin de cette errance, et c'est ce qui suit dans ce post :






    La date tant attendue approchait à grand pas. Kuroi sentait l'esprit du
    pilote s'impatienter et il refaisait même surface de temps à autre
    depuis quelques temps, ce qui créait parfois des situations plutôt
    comiques. Enfin il supposait qu'elles l'étaient. Pour sa part, ces
    changements impromptus, parfois au milieu d'une phrase, ne l'aidaient
    pas vraiment dans ses relations sociales. Pour éviter cela, Kuroi avait
    découvert un truc infaillible mais plutôt contraignant : Darfeld
    détestait l'infosphère! Ce monde digitalisé qui était régit par les IA
    lui donnait la nausée. Plus exactement, il détestait y plonger, et ce
    par le biais de l'interface que le pilote portait à l'oreille. Darfeld
    utilisait aussi cette interface pour rechercher les informations dont
    il avait besoin sur le moment, mais il ne s'immergeait jamais
    entièrement dans le monde des IA. Il restait toujours à la surface,
    refusant la réalité virtuelle offerte par ce monde. Selon lui, la
    réalité était largement suffisante pour qu'on n'aie le besoin de se
    leurrer soi-même en se créant une image de soi dans un monde
    fallacieux. Pour Kuroi, c'était l'endroit idéal pour garder le contrôle
    sur lui- même. Ici, il était sûr que Darfeld ne viendrait pas prendre
    sa place au mauvais moment.

    Kuroi apparaissait dans l'infosphère sous la forme d'un chaton noir au
    pelage court ,et il s'y faisait connaître sous le pseudonyme de
    "Silenus". Il naviguait dans l'infosphère depuis plusieurs années et la
    structure de ce monde lui était familière, même si elle ne manquait
    jamais de l'impressionner. Cela ressemblait à une jungle et en même
    temps, c'était la parfaite image d'une Mégapole planétaire.

    Au centre se trouvait en quelque sorte la citée interdite de ce monde,
    où seules les IA pouvaient entrer. En vérité, les IA importantes ne
    sortaient presque jamais de leur sanctuaire. Du moins jamais
    entièrement : elles envoyaient un peu partout des partie d'elles-mêmes
    pour s'informer, négocier, ordonner, conseiller,... bref, s'occuper de
    tout ce qui pouvait les intéresser. Il arrivait même parfois que des IA
    s'associent à des dirigeant humains, mais en général, cela cachait
    toujours des motivations plus profondes qu'un simple excès de
    sympathie.

    Les humains étaient maintenus en périphérie. Une barrière empêchait
    toute intrusion involontaire, et les quelques hackers assez fous pour
    essayer de pénétrer à l'intérieur connaissaient une fin tragique
    orchestrée par des IA "anticorps" dont le modus operandi rappelait
    étrangement celui des piranhas. Les victimes voyaient leur esprit
    détruit, et on retrouvait dans le monde réel des corps inertes en état
    de mort cérébrale, mais qui faisaient alors d'excellents donneurs
    d'organes. Malgré cette restriction, la périphérie était largement
    assez vaste pour que tout le monde trouve ce qu'il cherche. On
    recensait à tout moment des milliers de plongeurs, la plupart connectés
    à des bornes publiques, sur les multiples forums/bars de la périphérie,
    sous des formes toutes plus exotiques les unes que les autres, allant
    de l'humain normal à toutes sortes de monstres mythologiques, ou autres
    extraterrestres imaginaires. La force de l'avatar dans ce monde ne
    dépendait que de la force d'esprit de son propriétaire, et on pouvait
    voir des scènes étranges ou des gnomes battaient au bras de fer des
    colosses mesurant 10 fois leur taille. Les apparences n'avaient jamais
    euesaussi peu d'influence que dans ce monde.

    Kuroi cherchait un Mécène pour la prochaine colonisation. Il ne lui
    restait plus énormément d'argent depuis la mise a sac de la Colony333,
    et il lui fallait trouver quelqu'un pour lui sauver la mise. Son
    contact du jour était une bonne piste. Il lui avait donné rendez-vous
    sur un canal privé. L'endroit modélisé était étroit, sombre et froid,
    dans une sorte de reproduction de cuisine de vaisseau spatial. Assez
    miteux pour un mécène, mais évidement ici les apparences ne comptaient
    pas. L'avatar qu'il avait en face de lui représentait une espèce de
    grosse brute à poil long qu'on se serait attendu à entendre grogner
    pour s'exprimer. Ce qui n'était bien heureusement pas le cas. Son
    pseudonyme était Ummon.

    - Donc nous sommes d'accord. Vous me verserez 15 % de vos... acquisitions
    durant tout le prochain cycle et je vous fournit les fond nécessaires
    pour installer les fondations de votre ville, ainsi qu'un robot pour la
    défendre.

    - Oui c'est bien cela.


    - Comprenez bien que je ne pourrais pas vous fournir un robot trop
    onéreux. Nous en reparlerons lors du prochain salon qui aura lieu pour
    le départ de la Vague, mais ne vous attendez pas à des miracles. Votre
    contre-performance avec le Spiegel Gundam ne parle pas en votre faveur.


    - J'en suis conscient, mais je suis déjà heureux d'avoir trouvé du
    soutien. Grâce à vous, je ne serrais pas hors course pour la prochaine
    Vague.

    - Très bien, alors tout est pour le mieux. Je vous recontacterais pour le jour J. Au revoir professeur Neko.


    - Au revoir.





    Kuroi traîna encore quelques heures dans l'Infosphère. Il n'aimait pas
    être obligé de donner son nom dans cette endroit, mais il ne pouvait
    pas garder son anonymat si son mécène lui demandait son nom. Le chat
    noir erra alors sans but dans les méandres vertigineux de la
    périphérie, heureux d'avoir résolu un de ses plus gros problème et
    d'être à l'abri des frasques de son meilleur pilote pour quelques temps
    encore.







    La Période de guerre s'achevait enfin. C'était ce qu'avait décrété
    Repulsif. C'était lui qui régulait les ères de colonisation et de
    guerre dans la galaxie. Personne ne savait vraiment qui il était et
    quelles étaient ses motivations, ni quelle raison gouvernait ces
    colonisations cycliques. Pour être plus précis, personne ne se posait
    vraiment la question depuis les lustres que ce cycle existait. Ce qui
    était certain en revanche, c'est que les Lois de Repulsif étaient
    respectées partout, et gare à celui qui était pris à les enfreindre. De
    nombreuses cités avaient fait les frais de leur insubordination. La
    rumeur parle d'un monstre de trois mètre hérissé de lames sur tout le
    corps qui détruirait les robots sans effort des citées indisciplinées,
    les privant ainsi de défenses et les abandonnant à la ruine sous les
    assauts des cités voisines. En réalité, personne parmi les ex-citoyens
    de ces villes n'avait aperçu pareille chimère, à moins d'être ivre
    mort. Et encore, la couleur était différente.

    Repulsif était donc une entité puissante, très puissante ! Et il
    réglait la vie et le destin d'innombrables personnes tels le professeur
    Kuroi ou le pilote Darfeld, qui vivaient sur le rythme des vagues de
    colonisation et de la guerre. C'était à peu près tout ce que l'on
    savait sur lui. Plusieurs hypothèses avaient été émises sur sa nature :
    certains voyaient en lui une IA manipulatrice qui se servait des
    humains pour accomplir ses obscurs desseins, d'autre lui prêtaient le
    statut de divinité qui guiderait l'humanité, la plupart le considérant
    comme un homme insaisissable et influent. Quoi qu'il en soit, il
    arrivait de temps en temps qu' un avatar numérique portant son nom
    apparaisse dans l'Infosphère. Le simple fait que son propriétaire était
    encore vivant suffisait à confirmer son identité. L'avatar Repulsif
    avait l'apparence d'un homme musclé d'une bonne trentaine d'années, le
    crane rasé et une tête pas commode. Il apparaissait pour informer le
    monde des nouvelles lois, discuter un peu et s'informer de la marche du
    monde. Le bougre paraissait plutôt sympathique si on n'était pas
    intimidé par sa mine patibulaire et des réponses parfois aussi brutales
    que brèvse quand on lui parlait de modifier une ou deux lois qui ne
    nous arrangeait pas. Il ne répondait jamais aux questions concernant sa
    nature, paraissant amusé d'entendre les multiples hypothèses qui le
    concernaient, et refusait de donner des informations sur ses pouvoirs
    en général.

    Le cessez-le-feu avait donc été déclaré et les résultat de la guerre
    analysés : La cité Moscow ayant été la plus performante au cour de cet
    ère de chaos, fut désignée pour devenir la capitale de ce monde
    nouvellement colonisé. Le maire de Moscow avait maintenant la
    responsabilité de donner un nom à ce monde. Mais tout ces évènements
    n'intéressaient pas Kuroi. L'information qu'il attendait était celle
    qui lancerait le départ à la colonisation d'un autre monde. La date
    aurait dûe être fixée en même temps que celle de l'arrêt des combats,
    mais cette fois-ci, pas de nouvelles. Cela faisait plusieurs jours que
    Kuroi scrutait les bulletins d'information en vain. Puis, l'information
    fut enfin dévoilée : le départ avait été repoussé à cause de troubles
    spatiaux qui rendaient tout voyage impossible à partir du système ou se
    trouvait la planète nouvellement colonisée. Il ne restait plus à Kuroi
    et Darfeld qu'à prendre leur mal en patience, la revanche serait pour
    bientôt.







    voici donc la deuxième "saison" des aventures de Darfeld et du
    professeur Kuroi. Je continue dans ce sujet pour que le début ne tombe
    pas dans les profondeurs inexplorées du forum




    Darfeld s'installa à bord de son nouveau méchas. Le cockpit était plus
    semblable à celui de son vieux NuGundam, mais avec un design plus
    moderne. C'était l'un des dernier models sorti des usines Gundam : Un
    Gundam Crossbones X1. C'était une grande surprise d'avoir obtenu un tel
    robot. D'après ce que lui avait expliqué Kuroi, il avait dû chercher un
    mécène ne serait-ce que pour pouvoir acheter un mécha d'occasion, et le
    pilote avait maintenant à sa disposition un engin flambant neuf et à la
    pointe de la technologie. Toujours d'après Kuroi, il semblait que ce
    brusque élan de générosité avait un rapport avec la disparition du
    model Ez-8 et de quelques relations du mécène avec des membre influents
    de la Gundam Corp. Mais tout cela n'intéressait aucunement notre
    pilote, tandis qu'il effectuait les premiers essais de sa machine.




    Pendant ce temps, Kuroi s'offrait un repos bien mérité. Les dernières
    semaines avaient été éprouvantes pour lui. Le Ez-8 commandé n'étant
    jamais sortie de l'usine, son mécène avait réussi à faire pression sur
    la Gundam Corp, aidé en cela par des relations bien placées à
    l'intérieur même de l'entreprise, pour obtenir une bonne compensation
    pour le retard causé par l'incident. Le retard sur les autres colons
    n'était certes pas négligeable, mais son pilote bénéficiait d'un robot
    beaucoup plus adapté à son style de pilotage. Le Ez-8 était une boite
    de conserve sans mobilité, et Kuroi savait mieux que quiconque que son
    pilote ne tenait jamais en place. Comme d'habitude, Kuroi et Darfeld
    avaient passés le voyage interplanétaire en hibernation, le vide de
    l'espace n'étant pas passionnant au point de le regarder fixement
    pendant plusieurs jours. Cela permettait aussi d'importantes économies
    en eau, vivre et oxygène. Le vaisseau qui les avait emportés n'était
    d'ailleurs pas conçu pour être habité : Il n'y avait la place à
    l'intérieur que pour le mécha, une bonne centaine de capsules
    d'hibernation pour les colons, ainsi que des bâtiments préfabriqués
    pour l'implantation de la colonie.

    Paradoxalement, après avoir passé l'intégralité du voyage à dormir,
    Kuroi s'était senti épuisé en sortant de son « sarcophage » pour faire
    ses premiers pas sur ce nouveau monde. La planète Abraxar 5 (qui était
    donc la cinquième planète gravitant autour de Abraxar) était très
    différente du monde précèdent : la gravité y était élevée – environ 1,3
    fois celle de la terre – et le ciel avait une teinte verte assez
    particulière. L'air avait une odeur cuivrée mais il était respirable en
    attendant une terra-formation imminente. La première impression était
    désagréable, en sortant à l'air libre la première fois, mais Kuroi
    s'était vite habitué à ses nouvelles conditions de vie. De toute façon,
    il n'avait pas le temps de se sentir mal à l'aise, il avait un méchas à
    préparer pour ses premiers combats.




    La colonie commençait à ressembler à quelque chose, et Darfeld
    finissait de prendre sa machine en main. Le cockpit du Spiegel l'avait
    dérouté lors du début de la dernière colonisation, mais celui du
    Crossbones était beaucoup plus classique, et le pilote se déplaçait
    maintenant aussi souvent qu'il le pouvait avec son méchas « d'usine ».
    Il donna quelques indications pour les premiers réglages : un peu plus
    de souplesse dans les jambes, un peu de blindage en plus... Le Gundam fut
    bientôt prêt a affronter l'épreuve du feu. Kuroi avait été étonné de
    voir que son pilote n'avait pas foncé sur une cité adverse en entrant
    dans son cockpit dès la première fois, mais celui-ci ne tenant pas en
    place, il ne put attendre plus et partit sans même tester les nouveaux
    réglages.

    Darfeld arriva rapidement près d'une colonies voisine qui n'était pas
    implantée depuis très longtemps apparemment. Un Izam d'un jaune
    flashant et d'une propreté qui trahissait combien peu nombreux avaient
    été les combats auxquels il avait participé jusqu'à présent apparut
    devant l'envahisseur. Le combat fut rapide, le Izam n'arrivant pas à
    occasionner assez de dégâts au Crossbones pour inquiéter Darfeld. Et
    pendant que le malheureux défenseur succombait aux attaques sans
    concessions du Gundam, Darfeld se sentait enfin vivant. Après une
    période interminable d'errance et de ténèbres, Darfeld revivait enfin
    au commande de son nouveau monstre d'acier.




    Une fois Darfeld rentré de sa première rafle, Kuroi profita d'un bref
    moment de calme pour baptiser le Crossbones : Gorn Nova. Le nom fut
    donc inscrit sur le « torse » du robot, en lettres stylisées. Le pilote
    du golem quant à lui préféra appeler son engin Bob, comme le précédent.








    Le vent soufflait sur la plaine qui allait être témoin d'un combat
    titanesque. L'assaillant, un Gundam Crossbones X1, faisait face à un Nu
    Gundam au couleur de la Citée visible un peu plus loin. Un calme
    surnaturel régnait sur les lieux du futur affrontement. Les deux
    opposants restaient immobiles pendant plusieurs minutes. Finalement,
    les deux monstres de métal se mirent en mouvement à l'unisson et
    commencèrent leur ballet de mort, l'un et l'autre esquivant les
    attaques avec une rapidité surnaturelle pour des engins aussi massifs...
    Les coups de beam saber du Crossbones frappant le vide tandis que le
    fin funnel du NG ne trouvait pas ça cible. Soudain, un tir
    extraordinaire atteint le Crossbones à la jambe droite. Le Géant
    parvient à garder sa stabilité en fuyant dans les airs, mais il
    s'exposait alors au attaque de son adversaire. Il réussit néanmoins à
    esquiver le coup suivant, ce qui lui permit de se rapprocher
    suffisamment pour toucher son adversaire, mais l'équilibre du Mécha
    était modifié et cela ralentissait ses mouvements. Certes, la perte de
    vitesse n'était pas énorme, mais elle suffisait au NuGundam pour
    prendre l'avantage. Le Crossbones avait de plus en plus de mal à
    esquiver les attaques, et même s'il arrivait maintenant à toucher son
    adversaire qui avait lui aussi ralenti l'allure, il restait
    définitivement plus lent, plus vulnérable, et moins efficace ! Après
    quelques touches du fin funnel, le Crossbones rompis le combats, et
    s'enfuit. Le NuGundam n'essaya pas de le rattraper. Il avait rempli son
    devoir et retourna dans son hangar.




    Lorsque Gorn Nova rentra à la colony 333, le professeur Kuroi soupira
    en estimant l'étendue des dégâts... Le Crossbones manquait un peu de
    manœuvrabilité et de possibilité d'amélioration au niveau de la
    vitesse, mais son plus grand défaut était l'absence quasi total de
    blindage qui ne permettait pas énormément d'erreurs. Et le pilote avait
    beau être exceptionnel, il lui arrivait souvent de prendre des risque
    inutiles. Les résultas des premiers jours n'étaient pas tellement
    réconfortants, mais Kuroi avait connu bien pire. En outre, pour le
    moment, la colony était en expansion, ce qui était bon signe.
    Cependant, Kuroi savait qu'il fallait garder profil bas, histoire
    d'éviter que des poissons trop gros ne s'intéressent à elle. La
    publicité n'était profitable qu'aux cités les plus importantes et
    surtout les mieux gardées.

    Etant à l'origine du projet, Kuroi Neko avait eu l'honneur de donner un
    nom à la nouvelle colonie. Il avait choisit le nom de sa précédente
    cité pour des raisons à la fois sentimentales et superstitieuses. En
    revanche, il ne s'occupait désormais que de l'armée de la colony, c'est
    à dire de l'entretien de la Metal Suit et des stratégies d'expansion
    militaire et de défense. La partie civile avait été confiée à un
    certain Nicolas Polstar. C'était un homme énergique, doté d'un
    caractère impulsif et dont la taille était inversement proportionnelle
    à ses compétences de maire. La colony prospérait donc au moins en son
    centre à l'abri des combats, et les bâtiment blancs étaient largement
    espacés, alors que les espaces verts se multipliaient même au cœur de
    la cité. Il faisait bon vivre dans la colony 333, et Kuroi en était
    d'autant plus content qu'il n'avait pas eu à s'occuper de ça.

    Kuroi commença à donner des ordres aux techniciens pour les
    réparations... Ils allaient en profiter pour améliorer un peu l'engin. Il
    s'arrêta une minute pour prendre un café. La journée serait longue...







    La nuit était belle ce soir là, le ciel dégagé permettait d'observer
    facilement les trois pleines lunes presque trop lumineuses ensembles.
    Le teint verdâtre du ciel avait depuis longtemps disparu grâce au
    miracle de la terra formation, mais il conservait une teinte propre qui
    resterait probablement éternellement. La nuit avait sur cette planète
    une teinte turquoise dans son manteau sombre que Darfeld ne pouvait pas
    ignorer... Il avait grandi sur une planète au ciel rouge, la première
    planète jamais terra formée... et le premier échec. Mars n'avait pas
    grand chose à voir avec une planète terra formée... un immense désert
    planétaire rouge dont les habitants ne survivaient que grâce à
    l'importation. La seule raison pour laquelle cette planète était encore
    habitée était les nombreuses mines qui trouaient ça surface.

    Darfeld avait sorti Bob pour aller voir le ciel loin de la pollution
    lumineuse de la ville. Il avait tendance à considérer le Crossbone
    comme son véhicule personnel, ce que désapprouvait fortement le
    professeur. Mais Kuroi n'avait pas vraiment de moyen d'empêcher ça et
    Darfeld le savait bien. Toujours était-il que, allongé sur un bras de
    Bob, Darfeld aurait presque pu s'endormir là, si l'alarme n'avait pas
    retentie à l'intérieur de son cockpit.




    Bob intercepta l'intrus à quelques kilomètres seulement de la cité.
    C'était un WeissRitter. L'engin avait était customisé bien plus que Bob
    et le combat s'annonçait difficile. Un rapide accès à son persoc
    informa Darfeld que le robot qu'il avait en face de lui était celui de
    la colonie « Owner La Nature » dont l'efficacité, contrairement à la
    sienne, n'était plus à démontrer. Darfeld sourit : Non seulement ce
    gars là lui donnait une excuse pour avoir emprunté Bob, mais en plus
    c'était un adversaire de valeur. Le combat allait être intéressant. Le
    combat s'engagea immédiatement, le WeissRitter changeant de direction
    dès qu'il eu repéré son adversaire. Il sortit un énorme fusil et tira.
    Darfeld fit de nouveau appel a son persoc mais le nom de l'arme lui
    parut trop long pour être retenu. Ce qu'il retint en revanche, se sont
    les dégâts causés par la première salve : beaucoup trop à son goût. Il
    esquiva la deuxième de justesse et arriva enfin au corps à corps. Le
    Weiss était très rapide, Darfeld dût faire appel a toutes les
    ressources de sa machine pour tenir face à son ennemi. Les coups
    pleuvaient des deux côtés, tandis que le WeissRitter avait abandonné
    son fusil inutile au contact au profit de son plasma cutter. Darfeld
    avait l'avantage de la portée de son beam saber par rapport à l'arme de
    son adversaire, mais celui-ci savait bien s'en servir, et les deux
    monstres aciers furent pendant un moment à égalité. Puis Darfeld trouva
    le premier la faille dans la garde de son adversaire : un coup démembra
    le WeissRitter qui s'en trouva totalement désarmé. Les deux robots
    s'immobilisèrent à quelques dizaines de mètres l'un de l'autre. Le
    résultat était clair : Le WeissRitter qui n'avait plus aucun moyen de
    lutter préféra battre en retraite, ce qui était bien plus raisonnable.




    A l'intérieur de son cockpit, Darfeld frémissait d'excitation. Le
    WeissRitter avait été un adversaire redoutable, et il doutait de
    pouvoir le vaincre la prochaine fois. Mais plus que tout, il voulait se
    battre encore contre des adversaire de ce niveau. Il était en sueur et
    extenué, mais il était heureux. Heureux d'avoir pu vaincre son
    adversaire bien sûr, mais surtout heureux d'avoir affronter un tel
    adversaire, heureux d'avoir était aussi bon cette fois là. Il lui
    fallait progresser encore, mais il décida que se serais suffisant pour
    aujourd'hui. Rentrant au hangar, il se remémora chaque étape de son
    combat en souriant, analysant les mouvements des robots pendant la
    bataille. Il y avait pas mal d'erreurs dans chaque camp, mais Darfeld
    ne les reproduirait pas.







    Darfeld goûtait, une fois n'est pas coutume, la tranquillité d'une
    journée de repos, assis à la terrasse d'un bar en compagnie d'une jeune
    demoiselle dont il avait fait la connaissance quelques jours plus tôt.
    Le plus souvent, c'était Kuroi qui profitait de ces journées-là,
    Darfeld s'ennuyant à mourir en attendant un peu d'action. Mais
    aujourd'hui, tout était différent. Jennifer, c'était le nom de la jeune
    femme assise à côté de lui, était une des ingénieurs qui s'occupaient
    de l'entretien de Bob, et surtout, ce qui était une chance
    extraordinaire pour Darfeld, elle n'avait jamais rencontré le fameux
    professeur Kuroi Neko en personne. Darfeld priait pour que cela
    n'arrive pas, sans quoi il risquait de perdre sa première véritable
    relation en dehors du prof. Du moins, il espérait que cela n'arrive pas
    tout de suite. Il en était tombé amoureux, de sa Jennifer, et il ne
    voulait pas perdre son estime de cette façon.

    Jennifer était une femme de petite taille, à peu près 1m60 d'après les
    estimations de Darfeld, et n'avait pas de mensurations exagérées comme
    toutes les héroïnes de film ou de bandes-dessinées qu'il aimait
    regarder ou lire quelques fois entre deux actions d'éclats. D'ailleurs,
    elle était brune. En revanche, son visage avait un air taquin qui avait
    séduit le pilote de la colonie. C'était un vrai garçon manqué, avec des
    cheveux court et un caractère terrible, Darfeld avait appris à le
    connaître... et à l'apprécier. Elle était passionnée de mécanique et
    d'électronique, et s'enflammait dès qu'on lui parlait des dernières
    innovations en matière de méchas. Elle avait été embauchée par le
    mécène de Kuroi pour le seconder et elle s'occupait donc de tout ce que
    Kuroi ne pouvait pas faire pendant les combats. Darfeld commençait à se
    demander comment Kuroi avait pu tenir le coup quand il s'occupait de
    tout, y compris l'administration civile, pendant la dernière
    colonisation.

    Le couple discutait passionnément des baisses de performance en vitesse
    pure de certains robots pour le départ de cette nouvelle ère de
    colonisation, quand une terrible détonation retentit au sud de la cité.
    Une fumée noire s'élevait du hangar ou se trouvait le gardien de la
    colony 333. La stupeur figeait les traits de tout le monde. C'était
    impensable ! un attentat ! à cette endroit là !

    Ce fut Jennifer qui reprit ses esprits la première. Elle bondit de sa
    chaise, renversant quasiment la table au passage et agrippa le bras de
    Darfeld pour le tirer hors de son siège à son tour.

    « Viens, dépêche toi ! il faut aller voir ce qui c'est passé. »


    Darfeld obtempéra sans avoir tout à fait reprit ses esprits, et elle
    dût presque l'installer de force dans la voiture avant de prendre le
    volant et de démarrer en trombe.




    C'était un désastre... Bob gisait en morceau sur le sol du hangar.
    Jennifer fondit en larme en voyant ce superbe ouvrage technologique
    réduit à un tas de morceau de ferraille inutile. Comment pouvait-on
    oser détruire une telle machine de cette façon ? C'était ignoble ! Elle
    ne pouvait pas pardonner une telle chose ! Darfeld ne trouvant rien
    d'autre à ajouter, se contenta de serrer son amie dans ses bras pour la
    consoler. Il ne s'y connaissait pas vraiment bien en relations
    humaines, mais il ne trouva rien d'autre à faire.




    « C'est étrange, dit Jennifer à Darfeld quelques minutes plus tard, devant une machine à café.


    - Quoi donc ?


    - Et bien l'absence du professeur Kuroi. Pourquoi n'est-il pas venu
    voir ce qu'il c'est passé ? Il fait partie des premières personnes
    concernées.

    - Tu sais, ce vieux fou est un hommes très occupé, il n'est peu être
    pas encore au courant, répondit le Pilote qui sentait que la
    conversation prenait une tournure trop dangereuse, tiens je parie qu'à
    l'heure qu'il est, il est plongé dans ses études !

    - Elle ne lui serviront plus à présent. Il serait peut être bon de l'informer, non ?


    - Bah, ne t'inquiète pas pour lui, il le saura bien assez tôt...


    - Hum... si tu le dit... »


    Darfeld, commençait à trouver cette situation plutôt embarrassante.
    Jennifer n'avait pas insistée parce qu'elle était bouleversée, mais
    elle s'en remettrait et la prochaine fois, il lui serait sûrement moins
    facile de garder son secret. En outre, il sentait Kuroi Bouillonner de
    rage, menaçant à tout moment de reprendre le dessus si Darfeld ne
    faisait pas attention. Les jours à venir seraient longs, très long...




    Bob étant irréparable, Kuroi réussit à obtenir des fonds de son mécène
    pour un nouveau robot. Sur la demande de Darfeld, la colonie fit une
    infidélité à la Gundam Corp. Le nouveau gardien était un WeissRitter,
    dont les nouvelles performances avaient impressionné le pilote. Pendant
    ce temps, Jennifer ayant repris du poil de la bête, avait décidé d'en
    apprendre un peu plus sur son cher collègue le professeur Kuroi, malgré
    les efforts désespérés de Darfeld pour lui faire penser à autre chose.
    L'arrivée du WeissRitter mit un frein à ces investigations, mais
    Jennifer n'avait pas dit son dernier mot, ce qui nuisait
    considérablement à la tranquillité de Darfeld. Le nouveau mécha fut
    baptisé Hibiki, et Darfeld se promit mentalement de ne pas l'appeler
    Bob cette fois-ci.




    ***

    Darfeld ne savais pas s'il devait être heureux
    ou désespéré. Hibiki venait à peine d'avoir ses premiers réglages que
    l'ennemi arriva sur Abraxar 5. Ce n'était pas une attaque de cité cette
    fois, c'était un véritable conflit planétaire ! L'adversaire n'était
    pas un robot seul venus pour affronter Hibiki en duel, mais plusieurs
    dizaines de vaisseaux non-humains en orbites basses, crachant des
    centaines de monstres métalliques. C'était une véritable invasion ! Des
    dizaines de colonies avaient déjà succombées aux attaques Extros et
    Colony 333 pouvait se vanter d'avoir eu de la chance. La cité n'avait
    eu à se défendre que contre trois machines ennemies, chacune à leur
    tour. Chaque fois, le combat avait été rapide et relativement facile,
    étant donné la jeunesse du robot. Les envahisseurs devaient avoir
    manqué leur atterrissage et tenté de rejoindre les leurs. Ils n'avaient
    certainement pas compté avec la supériorité industrielle des humains et
    en avaient fait les frais. En revanche, ceux qui avaient pu se poser
    normalement semblaient très bien organisés. Ils attaquaient les citées
    par groupe de cinq à dix machines et rasaient cité sur cité, profitant
    de leur supériorité numériques et de tactique de groupe inédites dans
    ce monde ou les duels à un contre un était la seul norme. Parmi les
    colonies attaquées, seules les plus puissantes parvinrent à repoussé
    l'assaut avec difficulté. On courrait droit au désastre.




    C'est alors que Répulsif ordonna l'évacuation des colonies. On ne
    pouvait espérer survivre en se battant chacun de son coté, aussi il
    ordonna à toutes les cités encore debout de se réfugier en un seul lieu
    pour pouvoir concentrer la force de frappe humaine. Etrangement, le
    lieu indiqué possédait déjà tous ce qu'il fallait pour héberger et
    nourrir la population cumulée de toutes les colonies. Chaque Mécha
    avait sont hangar propre et Répulsif attribuait des fond a chaque
    centre de R&D pour accéléré le processus de customisation des
    robots.
    Le paris était risqué : mettre tous nos œufs dans le même
    panier, c'était ce qui venait à l'esprit de Darfeld à ce moment là.
    Néanmoins, il était certain que resté chacun dans son coin aurait été
    catastrophique.




    Les premières semaines avaient été critiques. L'ultime cité en
    état de siège, les Extros avaient envoyés plusieurs vagues d'assauts
    pour testé les défenses. Les défenses en question n'étaient pas
    habituées au travaille en groupe, et plusieurs pilotes moururent à
    cause de cette lacune. Les pilotes n'eurent pas d'autre choix que
    d'apprendre la coopération dans la douleur, au cœur même des batailles.
    Très vites, chaque robot se spécialisa dans l'extermination que
    certains types de machines ennemis, puis quelques tactiques de
    couverture et d'assaut simultanés virent le jour. Néanmoins, les
    nombres étaient toujours en faveur des envahisseurs, et leurs tactiques
    étaient nettement plus au point que les « essais stratégiques » de
    l'humanité.




    Peu à peu cependant, les survivants s'organisèrent, et la
    supériorité numérique de l'ennemi fut enfin compensée avec efficacité
    par la supériorité technologique des colons. Les pilotes humains,
    guerrier dans l'âme, arrivaient à s'adapter de mieux en mieux aux
    tactiques ennemies. Il devint vite évident que les Extros ne
    gagneraient pas, et ils partirent donc d'eux-mêmes au troisième mois de
    lutte acharnée. La bataille avait été gagné, mais combien de temps
    s'écoulerait-il avant leur retour ? Ou peut être trouveraient-ils une
    planètes plus facile à envahir, Darfeld n'en avait aucune idée.
    Personne ne savait. Toujours était-il qu'ils n'étaient plus là, qu'ils
    avaient laissé derrière eux une planète éprouvée par cette guerre
    titanesque, que nombre de cité avaient disparues, ainsi que de nombreux
    pilotes, et que le déroulement normal de la colonisation avait été
    complètement bouleversé.




    Répulsif décida donc de reprendre tout à zéro. La terra-formation
    repris, puisque faune et flore avaient largement souffert des
    événements récent, les robots encore en état de fonctionnement furent
    confisqués, réparés et mis en réserve pour le ces d'une nouvelle
    attaque Extros, et une subvention avait été versé aux nouvelles cités
    qui reprenaient la colonisation.




    La colony 333 renaquit sur les cendres de la précédente qui avait
    été rasé après la retraite jusqu'à l'ultime cité. Le robot commandé fut
    une nouvelle fois un WeissRitter qui fut baptisé Hibiki II, puisque
    l'autre n'avait pas été détruit. Fort de la courte expérience que
    Kuroi, Jennifer et Darfeld avaient du WeissRitter, les premiers combats
    se passèrent plutôt bien. La cité prospérait, et Jennifer était plus
    que jamais décidé de découvrir qui se cachait derrière le fameux nom de
    Kuroi Neko. Le bonhomme lui donnait des directives par mail ou
    secrétaire interposée, mais elle n'avait encore aucune preuve tangible
    de son existence. Encore que depuis une ou deux semaines, elle ne
    pouvaient plus poursuivre ses investigations énormément : Elle était
    enceinte de cinq mois et Darfeld s'en félicitait doublement. Avoir un
    enfant était déjà merveilleux, mais en plus il l'aiderait à garder son
    secret pendant quelques mois encore. La guerre avait eu des
    répercutions terribles, mais certains effets secondaires la rendait
    moins horrible qu'elle avait été.

    ***

    Kuroi Neko était en plein entretien d'Hibiki
    comme tous les matins, lorsque l'alerte retentit. Il eu juste le temps
    de maugréer quelques mots sur impossibilité de travailler en paix avant
    que Darfeld ne le remplace dans le cockpit du WeissRitter. En quelques
    secondes, l'ennemi fut identifié et jaugé : un Gundam, model
    DeathScytheHell (quel nom !), plutôt frêle par rapport au standard du
    genre. Il venait d'une citée voisine, d'influence équivalente à celle
    de la Colony 333. Darfeld intercepta l'intrus à quelques kilomètres de
    la cité seulement. Il était rapide, ce DeathScythe. Très rapide ! Il
    chargea Hibiki dès que celui-ci entra dans son champ de vision. Le
    WeissRitter n'eu que le temps de manquer une fois ça cible avant de
    devoir esquiver en catastrophe la terrible attaque de son adversaire.
    Le DeathScythe avait pris le dessus. Inexorablement, Il força Darfeld à
    reculer, encore et toujours plus près de la cité. Il avait l'intention
    de l'amener là ou le défenseur ne pourrait plus se battre librement à
    cause des bâtiments qu'il pourrait détruire. Hibiki se retrouva
    finalement coincé. Derrière lui, la cité qu'il devait protéger, et non
    détruire. De l'autre, l'envahisseur, qui prendrait soin de piller cette
    cité si on ne l'arrêtait pas. La situation était loin d'être
    confortable. Ayant perdu la possibilité de reculer, Darfeld ne pu
    bientôt plus contenir les attaques de son adversaire, qui fini par
    passé sa garde, et décapita d'un revers le malheureux WeissRitter,
    envoyant la tête s'écrasé sur la cité.




    Il y eu la un moment d'arrêt. Le DeathScythe pensa hâtivement
    avoir gagner, pendant que dans le WeissRitter immobile, Darfeld
    contemplait le désastre dans la ville. La tête du WeissRitter avait
    démolie deux immeubles en tombant dessus, entraînant la chute de
    quelques autres bâtiments. C'était un quartier d'habitations. Un
    quartier animé même avant cette attaque. Bien sur, les lieux avaient
    été évacué dès que l'alarme avait retentit. Bien sur, ce n'était pas la
    première fois, ni la dernière que la cité subirait des dommages dus aux
    combats. Pourtant il y avait quelque chose de plus cette fois-ci.
    Darfeld ne savait pas pourquoi. Peut-être la grossesse de Jennifer le
    rendait-elle nerveux ? Il l'avait imaginé dans l'immeuble lorsque la
    tête mécanique l'avait balayé tel une boule de bowling dégommant des
    quilles. Quelque chose à l'intérieur de lui se brisa à cet instant. Son
    instinct de survit ? Sa raison ? Les deux peut-être. Toujours est-il
    que très exactement 2 secondes 43 centièmes après la perte du heaume du
    WeissRitter, le DeathScythe s'aperçu dans la douleur que la tête du
    WeissRitter n'était pas un élément vital pour son fonctionnement.
    Hibiki porta un coup de poing terrible au Gundam qui recula de quelques
    dizaines de mètres sous le choc, se qui permis à Darfeld de prendre un
    peu de distance en s'envolant. Avant que son ennemi ne puisse réagir,
    il tira presque à bout portant, un tir d'une puissance extraordinaire
    qui pulvérisa son blindage puis son cockpit, ne laissant aucune chance
    au pilote d'en réchapper. Darfeld laissa Hibiki se poser, retrouva peut
    à peut son calme. Il avait mal à la gorge... Il avait dû crier...





    - Ca va, t'es calmé ?


    Kuroi Neko lui lança un regard sarcastique depuis le miroir des toilettes.


    - c'est bon n'en rajoute pas, veux tu ? répondit Darfeld, passablement énervé.


    - Tu aurais quand même pu évité de perdre la tête.


    - Très drôle !

    - S'en rire, elle risquait rien ta princesse ! Ce n'était pas la
    peine de te mettre dans un état pareille ! Tu aurais pu nous tuer ! Les
    alertes surchauffe s'affolaient lorsque tu es rentré ! Si le combat
    avait durée une seconde de plus...


    - C'est bon, t'énerve pas ! on est vivant non ?

    - Ne me refait plus se coup là ! La perte de quelques ressources ne
    vaux pas de prendre un tel risque ! Et ta Jennifer était en lieux sur
    dans un bunker pendant l'attaque.

    Darfeld ne répondit rien. Il plongea sa tête sous l'eau qu'il
    faisait couler et respira un grand coup. Puis il laissa Kuroi prendre
    sa place et s'endormi. Il aurait besoin d'être reposé quand il verrait
    Jennifer se soir.




    Kuroi Neko, de nouveau en possession de ses moyens, entrepris de
    dresser le bilan des dégâts. Outre la tête arrachée qu'il allait devoir
    réparé et remettre en place, de presque tous les cervo-moteurs du
    WeissRitter avaient rendu l'âme. Il soupira. Son pilote n'était
    vraiment pas l'ami de son repos...

    ***

    La colonie prospera quelques temps encore apres
    la remise en etat d'Hibiki. Pendants quelques semaines encore, les
    combats et les reparations s'enchainaient dans un quasi rythme de
    routine, puis la nouvelle tombat. Le généreux mécène de Kuroi décida
    qu'il serais plus rentable de stoppé les combats et de garder ce qu'il
    avait gagné plutot que de continué le combat au risque de perdre tout -
    Kuroi avait eu des inquiétude à se sujet depuis que Darfeld avait perdu
    le controle de lui-meme - aussi, Hibiki fut il désarmé. Darfeld réussit
    un miracle diplomatique en convainquant les autorités de lui laissé son
    robot comme véhicule personnel, ce qui en disait long sur les capacité
    du larron quand il s'en donné la paine. Ce n'était pas plus mal : le
    combat lui manquerait un moment mais au moins il pourrait rester en
    contact avec sa passion. Et sa femme aussi ! Kuroi se demanda se qu'il
    leur serait arrivé si la "garde" du mecha leur avait été refusé.




    Pour sa part, Kuroi Neko, professeur de son état gardait son poste
    dans la Colony 333, mais se n'était qu'une occupation passgère. La
    ville n'avait pas péri mais de toute facon cette fois ci, il avait pris
    ses précotions : Il avait maintenant suffisament d'argent reparti ca et
    la dans differentes banques et actions pour s'achetter une planete
    entière!!! Bon a vrai dire surement pas une planète, mais certainement
    plus que necessaire pour prendre part à la vague de colonisation
    suivantes. en outre, il avait maintenant du temp et largement assez de
    moyens pour preparer tous ça.




    Tandis que Kuroi reflechissait au futur, Darfeld, l'air preocupé,
    filait a grande vitesse dans sa voiture personnelle - le weissritter
    n'est pas a l'aise en ville - avec sa femme allongé sur la banquette
    arrière. Il prit un virage serré sans tenir compte du stop a un seul
    moment. l'Hôpital n'était plus très loin. Comment diable allaient-ils
    appeler sa fille?




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :